Les Afriques Conference Marrakech

Les Afriques Conference Marrakech

LA FINANCE QUANTITATIVE ET LE RISK-MANAGEMENT
Zoom sur la recherche scientifique en Afrique

LES AFRIQUES – N° 299 – 23 au 29 octobre 2014

La conférence internationale en finance quantitative et en risk-management, organisée à Marrakech les 9 et 10 octobre dernier, a été l’occasion d’initier et de développer les échanges des deux côtés de la Méditerranée.

La conférence internationale en finance quantitative et en risk-management, organisée à Marrakech les 9 et 10 octobre dernier, a été l’occasion d’initier et de développer les échanges des deux côtés de la Méditerranée.

Les 9 et 10 octobre, Marrakech a abrité la Conférence internationale en finance quantitative et en risk-management. D’éminents chercheurs et praticiens ont planché sur le sujet. En effet, cette conférence a été un événement exceptionnel, dans la mesure où il a regroupé de nombreux experts mondiaux de l’optimisation mathématique, des finances mathématiques et de la gestion des risques. L’objectif premier de cette manifestation a été de rendre hommage à l’exceptionnelle contribution apportée au risk-management par Nicole El Karoui, professeur à l’École polytechnique, et Michel Crouhy, directeur de la R&D chez Natixis et ancien professeur à HEC. Après les introductions des responsables de l’Université internationale de Rabat, l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et le Groupement des écoles nationales d’économies et statistiques de Paris, les conférenciers invités, académiciens, professionnels et consultants ont abordé des thématiques variées dans les domaines de la finance, de l’assurance et du risk-management, et surtout l’évolution des pratiques et des méthodologies de l’après-crise. Avant de détailler les faits marquants de l’événement, un petit rappel rapide pour nos lecteurs sur la finance quantitative. La finance quantitative est l’application des mathématiques, en particulier la théorie stochastique aux domaines de la finance et l’économie appliquée. L’intérêt du grand public et surtout des décideurs à l’échelle pla-nétaire a été porté à cette discipline, suite à la crise des subprimes en 2007.

Michel-Crouhy

Michel Crouhy, directeur de la R&D chez Natixis et ancien professeur à HEC

Nicole-karoui

Nicole El Karoui, Professeur à l’Ecole polytechnique de Paris

La crise a montré que le degré très élevé de technicité mathématique peut être aussi une source de risque. Depuis les temps, les opérateurs de marché cherchaient en permanence un équilibre entre le risque et la rentabilité. Les gestionnaires du risque quantitatif cherchaient, quant à eux, à réduire les risques pris par les institutions financières dans leurs opérations de marché en ayant recours également eux aussi à des méthodes et modèles quantitatifs. D’où l’importance du recours aux techniques quantitatives pour développer le risk-management et les outils de conformité aux règles prudentielles, que ce soit dans le cadre bancaire, assurantiel ou asset-management. D’où la richesse des débats.

L’événement fut marqué par la participation du mathématicien américain le professeur R. Tyrrell Rockafellar (Université de Washington) de renom international en mathématiques appliquées et un des fondateurs de l’analyse convexe et la théorie de l’optimisation moderne dont la famille paternelle est née au Maroc. Le professeur R. Tyrrell Rockafellar, titulaire du Prix Von Neumann Morgenstern, a présenté des développements récents en termes de modélisation des risques financiers, de l’optimisation en finance et ses connexions statistiques. Outre l’intérêt de son exposé remarquable, la présence du professeur R. Tyrrell Rockafellar a été jugée par les participants comme un honneur au monde de la recherche scientifique africaine. Cet événement a été aussi une opportunité où des ateliers pratiques ont été animés afin de faire le point sur les dernières évolutions méthodologiques post-crise et leur impact sur les secteurs financier et assurantiel.

ProfesseurR.-Tyrrell-Rockafellar

ProfesseurR. Tyrrell Rockafellar, Washington University

Plusieurs autres exposés dont l’intérêt n’est pas le moindre ont été présentés, notamment les apports de la modélisation dans les directives de Bâle III, les différents modèles pour apprécier le niveau des fonds propres nécessaires pour les banques pour se conformer aux exigences réglementaires. L’expérience africaine a été présentée par le responsable riskmanagement à l’international du groupe BMCE Bank qui a montré que la culture et les pratiques du risk-management sont en train de faire leur voie en Afrique, surtout en termes de conformité et de respect des règles prudentielles. Rappelons que le Maroc et l’Afrique du Sud se sont inscrits dans la même perspective des pays occidentaux de se conformer aux règles prudentielles dites Bâle III dont l’objectif est de renforcer les fonds propres pour faire face aux risques systémiques et le renforcement de la liquidité via des procédés de suivi plus rigoureux. L’évolution de la complexité de la modélisation et de la pratique du risk-management et les directives des régulateurs de privilégier la validation externe des modèles ont donné un rôle important au cabinet de consulting dans le développement des pratiques du risk-management. À titre d’exemple, le cabinet de conseil I-Fihn Consulting qui a présenté comment utiliser les réseaux neurones, dans la calibration d’un système de mini-crise et Bluecap Consulting qui a présenté les risques de modélisation dans les négociations financières concernant des investissements en infrastructures dans un partenariat-public-privé (PPP). La conférence fut également l’occasion d’annoncer officiellement la création officielle de l’Institut africain de risk-management (IARM), initié et porté par la diaspora africaine avec le soutien de personnalités scientifiques de renom international.

Par Abdelaziz Enasri,
Expert financier

Les retombées de la Conférence de Marrakech sur le risk-management

Les intervenants à cette conférence forment un mélange d’hommes et de femmes, d’académiques et de professionnels, de Marocains et d’internationaux. Tous et toutes ont répondu à l’appel des organisateurs pour célébrer les70 ans d’académiciens, de professionnels, de mathématiciens et de financiers de renom, tels que le professeur Nicole El Karoui et Michel Crouhy. Cette conférence a été qualifiée de toutes et de tous comme la meilleure conférence à laquelle ils ont assisté, tant les interventions étaient pertinentes. Les participants ont loué une rencontre riche en tout point de vue et qui a coïncidé avec le début prometteur de l’Institut africain de risk-management (IARM). Un établissement fondé sur le principe d’un projet collaboratif et basé sur la mise en réseau des compétences. Entre autres missions, l’IARM va se focaliser sur la formation et le développement de la communication et des échanges entre le monde académique et les secteurs de la finance, de l’assurance et de l’économie appliquée.

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful

Connectez-vous avec votre identifiant

ou    

Mot de passe oublié?